Le Coeur du Bouddhisme

 

Grande assemblée de Moines Bouddhiste (20)

 


Le cœur du Bouddhisme c’est abandonner ce qui est mauvais et développer ce qui est bon.

C’est cela la pratique juste, c’est l’enseignement des Eveillés. 
L’accumulation de mérite seul est insuffisante.
Il ne sert à rien d’accumuler des mérites si l’on ne renonce pas aux vices.
Quand l’esprit est bon et vertueux, il devient spontanément paisible et heureux.
Alors le cœur ne sourit plus uniquement lorsque les choses nous conviennent.

Pour parvenir à cet état il faut s’entraîner par le biais de la méditation.
Tout change en permanence.
La seule chose qui ne change pas…, c’est que tout change.
Le comprendre profondément c’est découvrir le cœur du Dharma.
Les choses sont comme cela pour l’instant, mais tout cela va inévitablement changer.
Ne fixez donc pas trop votre attention sur les situations que vous n’aimez pas, ni sur celles que vous aimez.
Echapper à la souffrance ne signifie pas fuir l’endroit où cette situation de souffrance apparaît.
Cela signifie arriver à enfin découvrir la voie qui mène à la fin définitive de la souffrance.

Ce chemin passe par l’observation profonde de ce qui dérange et donc par la méditation qui permet de trouver
la volonté d’éliminer la véritable source de la souffrance.

Il faut se demander pourquoi quelque chose fait mal.
Quelle est la source profonde de cette souffrance.
Cette observation conduit à comprendre que la souffrance est provoquée par un excès de saisie de la situation par l’esprit.
Plus vous pratiquerez, plus vous lirez clairement dans votre cœur et plus votre vie vous semblera devenir satisfaisante.
La saveur du Dharma deviendra alors non seulement inestimable mais définitivement irréfutable.

Mais si nous ne faisons aucun effort personnel les choses prendront une direction bien différente et l’esprit continuera à continuellement
surfer sur les pensées, les bonnes ou mauvaises humeurs et sur la soif d’assouvir les désirs.

Il est inutile d’espérer que quelqu’un d’autre fasse cet effort pour vous, ce ne sera pas possible.
De nombreux moments d’amusement et de plaisir sont passés, bientôt le crépuscule de la vie viendra.

          Aujourd’hui, arrête toi et regarde.

          Il sera bientôt trop tard pour finir le voyage.

 

Méditation

 Pourquoi faut-il pratiquer la méditation ?

Tout simplement parce que le cœur et l’esprit ne comprennent pas ce qui les font souffrir.

Les causes de la souffrance proviennent des puissants désirs que nous n’arrivons pas à satisfaire, mais aussi des situations que nous craignons et que nous voudrions absolument       arriver à rejeter.

Pratiquer la méditation c’est tout simplement prendre le temps d’examiner les pensées, afin de comprendre très profondément quelle est la source de toutes les attirances et les rejets.

Cela permettra de faire disparaître complètement ces souffrances du cœur et de l'esprit.

Ne plus être soumis au balancier de ce que l’on aime et de ce que l’on rejette, permettra alors de transcender la souffrance et d’enfin faire naître la sagesse.
Généralement nous désirons que les choses se passent d’une certaine manière et non d’une autre, tout simplement parce que nous ne comprenons pas comment fonctionne notre esprit.

Méditer permettra de réaliser que le jeu du passage du désir à l’aversion est une erreur.
Désirer ne pas subir quelque chose, aspirer être en paix, désirer ne pas être énervé, tout cela n’est que désir.

A chaque fois que cela arrive, examinez profondément ces émotions, et comprenez que leurs caractéristiques communes sont l’impermanence et l’insatisfaction, qui toutes deux sont vides d’existence propre.

Chaque émotion entraîne dans son sillage une foule de pensées.
Ces pensées tentent de réagir aux émotions pour les suivre de manière totalement incontrôlées.
Elles mènent le bal de cette farandole incontrôlée de pensées.
Lorsque l’esprit est rendu docile grâce à la méditation, il s’arrête de vagabonder.
La présence consciente de ce qui se passe est alors parfaitement clair, mais le flux de pensées vagabondes est stoppé.

               Le Bouddhisme propose de suivre "La Voie du Milieu".
               Celle qui consiste à abandonner les notions de malheur et de bonheur.
               Cette voie transcende les notions d’existence, de renaissance et de mort.
               C’est la voie de la paix tant recherchée par les sages. 

Il ne faut jamais forcer la méditation, ni essayer d’interpréter ou de porter un jugement sur ce qui passe par l’esprit pendant une séance de méditation.

Il faut tout simplement se contenter de ne pas suivre les pensées ou les émotions qui apparaissent.
Il suffit de laisser le cœur et l’esprit se détendre.
Si une séance est particulièrement agitée, il suffit de s’en rendre compte sans porter un quelconque jugement de qualité.
Si la séance est calme et sans agitation particulière, il ne faut pas non plus en être particulièrement satisfait.

Porter un jugement quel qu’il soit, finira par induire un harcèlement de l’esprit qui sera néfaste au progrès, voire même à l’abandon de la pratique
si l’on n’obtient pas assez rapidement à notre goût une qualité de pratique irréprochable.

Pour certains les progrès seront rapides et pour d’autres c’est un peu plus lent, voilà tout.
L’important c’est de pratiquer régulièrement et de préférence tous les jours.
Entrainer l’esprit va à l’encontre des tendances que nous avons développées depuis bien longtemps.  
Cet entrainement demande une bonne dose d’autodiscipline et de persévérance.

Vous qui avez pris le temps de lire ce qui précède
 vous aurez peut-être aussi la volonté de pratiquer.
Si ce livre ne vous suffit pas, un bon Lama
pourra vous guider et vous apprendre à pratiquer
la méditation journellement.
Les premiers fruits apparaîtront bien plus rapidement que vous le pensez.

 

Fnac livre

Amazon

Librairie L’Alinéa

Librairie Eyrolles

Leslibraires